Architecte d’intérieur : un métier pluriel

 

L’univers de l’aménagement intérieur recense un large panel de professions. Il n’est d’ailleurs pas toujours simple de comprendre où commence le savoir-faire des uns et où s’arrête celui des autres ! Zoom sur le métier d’architecte d’intérieur.

 

Architecte d’intérieur : un panel de compétences

 

Un architecte d’intérieur est un être multicéphale qui conjugue les talents. Si son travail sur la lumière, les volumes, les matières, la scénographie, etc., l’apparente à un véritable artiste, ses connaissances des matériaux, du bâtiment et des structures font de lui un technicien de premier ordre. Il est, à lui seul, un incroyable laboratoire d’idées capable d’élaborer des solutions astucieuses et audacieuses pour répondre aux problématiques révélées à chaque nouveau projet. C’est dire si son champ de compétences est large !

 

Une formation qui fait la différence

 

Que l’on soit architecte d’intérieur à Lyon, à Paris ou ailleurs, le schéma d’apprentissage est toujours le même : seuls les professionnels diplômés d’un bac +5 dans le domaine de l’art ou en architecture peuvent revendiquer leur statut. Ses qualifications garantissent l’adhésion aux organismes nationaux qui encadrent le métier d’architecte d’intérieur : le Conseil Français des Architectes d’Intérieur (CFAI) ou l’Union Nationales des Architectes d’Intérieur, Designers (UNAID), et lui confèrent toute sa légitimité. C’est l’un des points essentiels qui distingue l’architecte d’intérieur et le décorateur d’intérieur : cette profession ne disposant pas de formation qualifiante.

 

 

Une vision globale des projets

 

Là où un décorateur apporte des modifications basiques telles que changer les meubles et repenser leur mise en place, intervenir sur le papier peint, les sols, les pièces de décoration, etc., l’architecte d’intérieur, lui, peut intervenir d’une manière plus globale et modifier profondément un agencement : abattage de cloisons, création de nouveaux espaces, installation d’un escalier, etc. Car même si la décoration et le conseil font partie intégrante de son travail, ses qualifications lui permettent, de prendre la casquette de maître d’œuvre et de gérer les suivis de chantier de ses clients, toujours à l’intérieur du cadre bâtit.